Catégories
Articles Interdépendance et interstices Poésie

Cascade Poétique – Les Quatrains de François Cheng

Appréhender le Ma par l’image poétique

| PHOTO ET ENCRE DE CAMILLE COSSON

« Me voici, pierre d’attente,
Où es-tu, source amie ?
Il suffit que tu viennes,
Pour que soit mélodie » 1François Cheng, Enfin le royaume: Quatrains, d. Gallimard, 2018

Ici les fondements de ce que pourrait être une intelligence collective se font sentir. 

Celle, résolument tournée vers l’écoute d’un dialogue entre les êtres ou encore entre l’être et l’Univers.

Une proposition d’ouverture à l’expérience de l’harmonie, de la musique de la relation. Nous jouons les uns avec les autres à travers l’espace de la rencontre, et c’est en nous mettant au juste diapason que peut naître la mélodie harmonieuse.

Une grande confiance, une grande authenticité, émanent de ce poème. 

Dans ce quatrain, François Cheng semble nous murmurer qu’emprunter cette voie est apaisant et qu’un sens commun surgira sûrement de cet espace que l’on laisse en nous afin qu’un dialogue se noue avec l’autre, avec le vivant. 

N’est-ce pas ce que nous devrions expérimenter et vivre à nouveau ? En ces temps d’incertitude, ne devrions-nous pas essayer de nous tenir prêt, à l’écoute? Telle l’eau qui s’allie à la pierre pour créer en interdépendance. Il semble nous livrer ici le secret d’une rencontre féconde entre ce qui peut sembler opposé en apparence. Cette alliance des contraires ne peut se faire que grâce à la présence du trois, l’interstice, l’entre, le souffle, le Ma.

« Non l’entre -deux
mais bien le Trois
Souffle de vie
à part entière

Qui, né du Deux
mû par l’Ouvert
N’aura de cesse
de voir le jour

Temps imprévu
gonflé de sang
Nulle autre loi
qu’échange-change » 2François Cheng, Le livre du Vide Médian, ed. Albin Michel, p.19

En tous les cas, l’expérience est à tenter.
Et cette pierre d’attente ne pourrait-elle pas évoquer une maison, son architecture et son jardin ? Lorsque chaque personne passée peut y laisser sa trace et peut participer à une réalisation tout en gardant un respect du sens profond qui se dégage de ce lieu. Cela permet peut être d’éprouver le Ma dans le réel, une expérience qui se passe de mots, qui se construit sous nos yeux, à plusieurs et dans une même voie. 

References   [ + ]

1. François Cheng, Enfin le royaume: Quatrains, d. Gallimard, 2018
2. François Cheng, Le livre du Vide Médian, ed. Albin Michel, p.19
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments